Les Hugo

Détails de l’ouvrage

Editions Grasset
Publication 2015
Catégories Biographies, Famille Hugo

Deux siècles, cinq générations, dix-huit portraits…


Voici la première biographie des Hugo. Oui, des Hugo. De Victor mais aussi des Hugo qui le précèdent depuis ses ancêtres lorrains et des Hugo qui le suivent jusqu’à la génération de Marguerite manadière en Petite Camargue, Jean le peintre ami de Cocteau et de Radiguet, François le joailler de Jean Arp et de Picasso. Cinq générations en dix-huit portraits de personnalités fortes, pittoresques, émouvantes : le général Léopold-Sigisbert Hugo, héros des guerres napoléoniennes et père officiel de Victor ; Sophie Trébuchet, sa mère et figure dominante de la saga ; le général Victor Lahorie, amant de Sophie et père naturel présumé du poète. Et tant d’autres, artistes, écrivains, politiques qui ont marqué de leur talent et de leur influence deux siècles de la République.
L’histoire d’une famille et l’histoire de la littérature, de la politique, des arts. Une histoire de la France.

Les Hugo prolonge et approfondit les travaux d’Henri Gourdin autour des filles de Victor : Adèle, l’autre fille de Victor Hugo (Ramsay, 2003) et Léopoldine, l’enfant muse de Victor Hugo (Presses de la Renaissance, 2008).

« Les Hugo ont toujours eu, c’est à leur éloge, un sentiment de famille très fort et très tenace. » […] Comme le pointe Henri Gourdin dans cette somme, fruit de dix ans de travail, les Hugo sont véritablement attachés à leur nom et même à leur prénom. En grimpant dans leur arbre généalogique, on découvre de nombreux Joseph, Charles, François-Victor, Léopold, et plusieurs Adèle…
Lire l’article en pdf

Thierry Clermont

Presse, Le Figaro - 3 mars 2016

Un passionnant essai biographique sur la famille de Victor Hugo. Une série de portraits qui ne compte d’ailleurs pas que des misérables…
On dit souvent que les grandes biographies réussissent, à partir du seul destin d’un individu, à portraiturer ses proches et à comprendre quelque chose du monde dans lequel il vivait. Mais la démarche inverse peut s’avérer tout aussi passionnante, à l’image de l’excellent essai qu’Henri Gourdin consacre aujourd’hui à Victor Hugo. Ou, plus exactement, à toute la famille de l’auteur des Misérables, sur cinq générations. Ce spécialiste de « Totor » a ici appliqué des règles issues de la psychogénéalogie…
Lire l’article en pdf

Baptiste Liger

Presse, Lire - avril 2016

Tant de livres ont été publiés sur Victor Hugo […] Dans l’épais volume qu’il fait paraître sous le titre général « Les Hugo », Henri Gourdin contourne l’obstacle en élargissant le champ de vision. C’est de toute la famille du poète, ascendance et surtout descendance, qu’il est question dans son livre où il précise se situer hors « la propension à l’autoglorification familiale ». Cette première flèche à l’encontre de la légende dorée est suivie de bien d’autres au long des dix-huit portraits que réunit ici l’hérédité…

Monique Verdussen

Presse, La Libre Belgique - 2 avril 2016

Dans « Les Hugo », Henri Gourdin règle son compte à la légende édifiée par Victor à la gloire de Hugo. Et dont pâtit cruellement sa famille.

C’est vertigineux, en effet, cet entrelacement de destinées tragiques et lumineuses à la fois, qui en dit long sur deux siècles d’histoire, et l’âme humaine, et le flot incessant de nos vies. En un mot : hugolien !

Jean-Luc Porquet

Presse, Le Canard enchaîné - 13 avril 2016

Dans la famille Hugo, je demande… Il vaut mieux ne pas demander le grand-père Victor. Il a trop de qualités et trop de défauts entremêlés. Il est devenu un personnage du roman national de la France, avec ses clichés, ses traits automatiques, ses vérités et ses faux-semblants. C’est surtout à ces dernières qu’Henri Gourdin s’en prend. Ses légendes tenaces aussi. C’est surtout à ces dernières qu’Henri Gourdin, biographe sans concession, en a particulièrement…

Bruno Frappat

Presse, La Croix - 14 avril 2016

…Si une famille est une maison, Henri Gourdin en débusque les doubles fonds, couloirs secrets et greniers dissimulés (Adèle, internée à vie pendant quarante-trois ans sur la volonté de son père…). Il met au jour, au fil de cinq générations de Hugo, une troublante continuité de comportement : fidélité dans l’infidélité sur le plan conjugal, amalgame amant-parrain, renaissance de l’enfant mort, tendance à la domination du mâle, attachement des Hugo à leur nom, prénoms récurrents, etc…

Juliette Einhorn

Presse, Le Magazine littéraire - avril 2016

Les Hugo

Plutôt que de publier la ixième biographie de Victor pour la commémoration de 2002, dans des fastes rappelant celles de l’inhumation en 1885, j’ai publié la première d’Adèle H, internée par son père en remerciement d’une vie de dévouement… à son père. Puis celle de Léopold-ine, enfant de remplacement d’un petit Léopold mort de maltraitance à trois mois. Puis, en 2016, celles de dix-huit Hugo sur cinq générations. Pas triste !

Adèle H. m’a conduit à son arrière-petite-nièce Adèle Hugo, belle artiste contemporaine, et à son père Jean, le peintre méconnu, ami de Cocteau et de Radiguet, évoqué ici sous son autoportrait.